Les Chants de Maldoror

Publié le par cristof

  Le Comte de Lautréamont est le pseudonyme d'écrivain d'Isidore Ducasse, auteur mort prématurément des "chants de Maldoror". Composé au début du dix-neuvième siècle, ces chants sont d'une beauté vénéneuse et d'une noirceur absolue. La haine de l'humanité et de dieu y est poétiquement mise en scène par Maldoror, le maudit (personnage de la même veine que le Melmoth de Mathurin). Ce recueil de songes gothiques m'a envouté : il ne répond à aucune règles, il possède une violence et une pureté incroyable. On y retrouve parfois une certaine touche Hugolienne dans l'excès des descriptions, on pourrait presque entrapercevoir Baudelaire se mélant à la brume du récit... et pourtant "les chants" sont uniques

Certains passages sont de nature à profondément marquer le lecteur. Pour ma part, le récit du naufrage reste un moment inoubliable. Ironique, pratiquant l'art de la métaphore et de la comparaison comme personne (peut-être trop souvent pour le lecteur moderne), Lautréamont a composé un chef d'oeuvre absolu.

Perçu comme le premier texte surréaliste, "les chants de Maldoror" décortique le romantisme pour extraire sa moelle et nous la montrer en riant... 

Publié dans Lautréamont

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article