Guignol's band

Publié le par cristof

Roman parmi les moins noirs de Céline, empreint cependant du comique Célinien, "Guignol's band" débute à Londres, vers 1915. Fraichement Réformé, Céline traîne du côté de la pègre locale, et notamment vers les proxénètes (majoritairement Français) ayant fui la guerre. Plus encore que dans chacun de ses romans, Céline nous entraîne dans une escalade de rencontres explosives, face à des personnages hauts en couleurs, des caricatures clownesques, et dépeint l'humanité comme une belle foire ou tous jouent un rôle... Bien moins profond que "le voyage" ou "mort à crédit", "Guignol's band" reste une oeuvre haute en couleur, une succession de portraits de tous les déchets de l'humanité...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

sil 04/03/2008 04:27

C'est vrai, c'est de la bombe ce roman. Géant. Après cette lecture allez donc écouter La Faille sur http://www.myspace.com/lafailleVoilà. Sil'

Michel B 20/03/2007 13:56

    Je suis depuis quelque temps dans la lecture de Guignol's band. Il y avait longtemps que je n'avais pas fréquenté Céline. Quelles retrouvailles ! Cette fresque londonienne est décoiffante, surtout le personnage du narrateur, tellement mal dans sa pauvre peau abîmée, tellement spécialiste de la souffrance !
    Des trouvailles de style inimaginables.
    Une oeuvre, quoi.