Tonio Kroger

Publié le par cristof

   Magnifique roman de Thomas Mann, contant l'amitié vraie et pure existant entre Tonio Kroger, un jeune homme renfermé et discret, et Hans Hansen, adolescent heureux, clairement et bestialement vivant. L'auteur nous fait nettement ressentir la difficulté pour maintenir une amitié entre deux personnalités si dissemblables, mais également la haute saveur de cette amitié pour les deux protagonistes. Tonio Kroger est comme possédé par la force vitale de son ami, et dépendant de cette relation. 

On retrouve les protagonistes à l'âge adulte dans la suite de ce court roman... Hans forme avec la belle Inge le couple lumineux, rieur et instinctif qui fait toujours rêver Tonio Kroger, écrivain réflechi et bohème. Dans ce magnifique récit largement autobiographique, Thomas Mann nous fait part de sa solitude et de son admiration (sa jalousie) pour les instinctifs, vivant au jour le jour, sans se remettre en question. 

Publié dans Mann Thomas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

petitchamalow 29/05/2008 15:19

Et je suis tout à fait d'accord avec le troisième commentaire. Il s'agit beaucoup plus de la reflexion sur l'art et l'artiste. Cela est justifié nettement avec le chapitre 4...on parle de Hans pour introduire cette figue blonde aux yeux bleus, qui est le contraire de Tonio, mais le fond du livre n'est pas cette amitié entre eux deux mais cette réflexion, car Tonio est tiraillé entre le "Bürgertum" et le "Künstlertum" (la bourgeoisie et le génie artistique)...

petitchamalow 29/05/2008 15:15

J'ai étudié cette oeuvre (je suis en 2e année de licence d'allemand). oui il s'agit bien de l'amitié entre Tonio et Hans, seulement Hans est en retrait et l'on parle beaucoup plus de Tonio, ce qui est normal...En effet on retrouve ensuite Tonio à l'âge adulte, mais le couple que Tonio dit être Hans et Inge, n'est en fait pas du tout Hans et Inge mais deux personnes qui leur ressemble beaucoup et qui lui rappelle Hans et Inge. Et ceci est prouvé car à un moment donné c'est écrit que c'est peut-être des frères et soeurs (Geschwister).

zaerf 03/04/2007 12:35

Le centre de l\\\'histoire, au-delà qu\\\'elle traite de la mélancolie et du caractère amer du personnage, reste selon moi la réflexion centrale sur l\\\'art et l\\\'artiste...

cristof 11/03/2006 20:09

Il est évident que les commentaires de mon site n'ont pas pour but d'être la description d'une lecture récente. Il présente brièvement les souvenirs de vieilles lectures (je ne réalise pas des fiches de lecture...), et comporte forcément des lacunes. De plus, il me semble qu'il existe autant de lectures que de lecteurs, chacun percevant différemment une oeuvre.
Ce qui m'avait le plus marqué, lors de cette lecture, c'était la place accordée à cette amitié. Il y a bien évidemment autre chose que cela dans cette oeuvre, mais la beauté de cette relation (sa pureté non pas au niveau de ce que ressentent les personnages, mais ce qu'elle représente...)m'a fasciné.
Ensuite, il me semblait que les deux protagonistes, de caractère opposés, vivaient pleinement cette amitié (de saveur douce-amère pour Tonio, comme vous le dites si bien, et éphèmère mais nécessaire, voire vitale (un mal nécéssaire) pour Hans pour qui le paraitre compte tant. 
Enfin, il me semblait que "Tonio Kroger" était une nouvelle reposant sur l'évolution et la réflexion de Tonio, et je n'avais pas l'impression de livrer ici des renseignements pouvant gâcher une lecture... Excusez donc mon indélicatesse, si indélicatesse il y a, mes souvenirs m'ont peut-être joués des tours.
Merci pour votre critique, j'espère bientôt découvrir un site à votre nom.
 

maurice 10/03/2006 16:59

Je trouve ce commentaire assez réducuteur, voire inexact par certains aspects."contant l'amitié vraie et pure existant entre Tonio Kroger (...) et Hans Hansen." La nouvelle est mise en sandwich entre deux apparitions de Hans Hansen mais ne peut certainement pas se résumer à cela. D'autant plus que l' "amitié" dont vous parlez, est une amitié de jeunesse, fugace, passagère pour Hans, et non assouvie réellement pour Tonio Kröger. "la haute saveur de cette amitié pour les deux protagonistes"Alors, là, il n'est pas possible de laisser dire ça sans réagir. Avez-vous seulement lu les premières pages ??? La saveur, comme vous dites, est douce-amère pour Tonio, et complètement éphémère pour Hans. Pour le reste, c'est assez indélicat de livrer ainsi la fin de la nouvelle. Je suis content de l'avoir lue avant de tomber sur ce commentaire car cela m'aurait gâché la lecture. Tout l'effet de bouclage final de l'histoire aurait été gâtée. Maurice.